Enfants et adolescents souffrant de conduites déviantes et antisociales : nouveau guide de pratique clinique NICE

RéprimanderAntisocial behavior and conduct disorders in children and young people: recognition, intervention and management. — NICE clinical guideline 158, 27 March 2013, 47 p.

Les auteurs de ce guide estiment qu’environ la moitié des jeunes personnes affectées par un trouble de conduite déviante souffriront d’un problème de santé mentale sérieux à l’âge adulte.  De plus, la vie familiale avec ces enfants peut s’avérer très difficile, de même que la réussite scolaire.  Des problèmes de consommation, drogues, alcool de même que des problèmes avec la justice sont aussi courants chez cette clientèle.

La conduite déviante est caractérisée par des comportements violents, répétés et persistants qui vont bien au-delà d’un comportement normal qu’on peut s’attendre à voir chez un enfant de cet âge.   L’enfant peut être porté à voler, à se battre, à vandaliser et à vouloir faire mal à des personnes tout comme à des animaux.  Comme l’indique le professeur Stephen Pilling de la National collaborating Centre for Mental Health, les enfants souffrant de ce trouble sont différents, ils ne sont pas juste colériques avec un don pour s’attirer des ennuis, ce sont plutôt des enfants capables de saisir une télévision 14 pouces et la lancer dans une fenêtre.  Les enfants qui souffrent de ce trouble sont plus susceptibles de développer un trouble de santé mentale et, dans près de la moitié des cas, un trouble de la personnalité antisociale persiste à l’âge adulte.

NICE (National Institute for Health and Clinical Excellence) et la SCIE (Social Care Institute for Excellence) ont travaillé conjointement pour la publication de ce premier guide de pratique sur cette clientèle difficile, à l’intention des cliniciens.  Ce guide couvre principalement le diagnostic, le traitement et la gestion des comportements antisociaux et des troubles de conduite chez les enfants et adolescents.

Les priorités de ce guide sont :

  • L’évaluation initiale d’enfants et adolescents ayant possiblement un trouble de conduite
  • Évaluation globale de cette clientèle
  • Programmes pour les parents
  • Programmes pour les familles d’accueil/autres
  • Programmes centrés sur les enfants
  • Interventions multimodales
  • Interventions pharmacologiques
  • Amélioration de l’accès aux services

L’une des recommandations principales concerne l’importance pour les parents de ces enfants, d’adopter une approche qui mise surtout l’encouragement des comportements adéquats plutôt que sur la punition.  Il est aussi suggéré d’éviter l’utilisation du mot « non » qui peut être une motivation de mauvais comportements chez les enfants sujets à ce trouble.

Les auteurs recommandent aussi de vérifier la présence d’autres facteurs, par exemple :

  • Un problème coexistant de santé mentale (dépression, stress post-traumatique)
  • Une condition neurodéveloppementale (TDAH, autisme)
  • Un trouble ou des difficultés d’apprentissage
  • Consommation de drogues ou alcool

D’autres recommandations sur les programmes pour les parents et ceux ciblés pour les enfants sont aussi suggérées. [trad. libre :jb]

Pour accéder au guide NICE en format pdf, veuillez cliquer ici.

Pour accéder au guide, aux outils et ressources NICE, veuillez cliquer ici.

 

[Source:  MentalElf]

 

Cet article, publié dans Jeunesse, Trouble du développement, Violence, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s