Le point sur la sécrétine pour le traitement des troubles du spectre de l’autisme: nouvelle revue Cochrane

Intravenous secretin for autism spectrum disorders (ASD) / Williams K, Wray JA, Wheeler DM. — Cochrane Database Syst Rev.,  2012 Apr 18;4:CD003495. (Review)

En 1998 une hormone endocrine gastro-intestinale nommée sécrétine a été proposée comme traitement des troubles du spectre de l’autisme basé sur des preuves anecdotiques. 

Le but de cette revue Cochrane est d’évaluer si la sécrétine administrée par voie intraveineuse améliore les principales caractéristiques du TSA : les aspects liés au comportement et le comportement autodestructeur s’en trouvent-ils amélioré?  Est-ce que la qualité de la vie des personnes atteintes et de leurs proches a pu en être affectée de manière positive?  Les auteurs ont aussi vérifié si la sécrétine pouvait avoir des effets secondaires importants pouvant causer des dommages aux patients.  Ceci est une version à jour de la version originale qui date de 2005.

Les bases de données Central, Medline, Embase, PsycINFO, Cinahl et Eric ont été consultées.  Seulement les publications publiées après 1998 ont été conservées puisque cette date correspond à celle où ce médicament a été autorisé aux États-Unis.  Des listes de références d’essais cliniques et de revues ont aussi été consultées.  Des experts et spécialistes en essais cliniques ont aussi été contactés afin de vérifier des études possiblement non publiées.

Plus de 900 enfants ont été recrutés pour les essais contrôlés randomisés.  Après analyse des résultats, les auteurs indiquent qu’aucune évidence ne peut prouver de l’efficacité de la sécrétine, que ce soit en dose simple ou multiple par voie intraveineuse.  Les auteurs ne recommandent donc pas la sécrétine pour le traitement du TSA. 

De plus les auteurs indiquent que de futures recherches sur l’efficacité de la sécrétine devront être justifiées par des évidences scientifiques de haute qualité et réplicables qui prouveronnt le rôle de neurotransmetteur de la sécrétine et ce pour tous les enfants atteints du TSA ou si l’on prouve qu’il existe un lien entre la sécrétine et la cause connue des TSA pour certains ou tous les enfants.

De plus, les auteurs indiquent que les futures recherches expérimentales sur l’efficacité de la sécrétine devront être justifiées par des évidences scientifiques de haute qualité et réplicables, qui prouveront le rôle neurotransmetteur de la sécrétine dans le traitement du TSA pour tous les enfants ou alors, si l’on peut prouver chez d’importants sous-groupes d’enfants, un lien entre l’action de la sécrétine et la cause connue des TSA ou selon le type de problèmes dont ces enfants souffrent.  [Trad. libre:jb]

[Source: EvidenceUpdates]

Pour voir l’article original [en anglais], veuillez demander l’article no.  82 – disponible via le Centre d’apprentissage, uniquement pour les employés du CSSSSL

Cet article, publié dans Autisme, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s