La prise d’antipsychotiques ne serait pas responsable du développement du syndrome métabolique chez les patients atteints de schizophrénie

Syndrome métabolique chez les patients atteints de schizophrénie indépendamment de la prise d’antipsychotiques atypiques / Rami Bou Khalil. – La presse médicale, mai 2012;41(5 ) : e238-e243

L’auteur explique qu’une relation entre les troubles mentaux sévères, tel que la schizophrénie et le syndrome métabolique existe depuis bien avant l’arrivée des antipsychotiques.

Suite à ses travaux, l’auteur arrive à la conclusion que les personnes atteintes de schizophrénie sont fort probablement prédisposées à souffrir d’un syndrome métabolique et ceci en excluant la prise d’antipsychotiques.  Il l’explique entre autres par une tendance à souffrir d’obésité abdominale, ce qui augmenterait le risque de développer une résistance hépatique à l’insuline.

Plusieurs autres facteurs pourraient aussi être en cause dont, une prédisposition génétique, le mode de vie, le tabagisme, la sédentarité, un niveau de vie socio-économique plus faible et l’absence d’adhésion aux traitements.

Pour consulter le résumé en français, cliquez ici.

Pour voir l’article original, veuillez demander l’article no.  79 – disponible via le Centre d’apprentissage, uniquement pour les employés du CSSSSL

 

Cet article, publié dans Schizophrénie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s