Une nouvelle revue Cochrane démontre l’inefficacité du traitement de la maladie d’Alzheimer par des médicaments de type anti-inflammatoire. [Article en anglais]

Aspirin, steroidal and non-steroidal anti-inflammatory drugs for the treatment of Alzheimer’s disease / Jaturapatporn D, Isaac MGEKN, McCleery J, Tabet N. — Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 2. Art. No.: CD006378.

La maladie d’Alzheimer affecte de 1 à 2 % de la population âgée de 65 à 70 ans et environ 20% de personnes âgées de plus de 80 ans.  Le vieillissement de la population est en augmentation et certaines estimations prédisent qu’en 2030, environ 7.7 millions d’américains âgés de plus de 65 ans seront atteint par la maladie d’Alzheimer.

Nous ne savons pas encore exactement comment, ni pourquoi, la maladie d’Alzheimer se développe, mais une hypothèse populaire se veut à l’effet qu’elle serait causée par de l’inflammation au cerveau.  Certaines études indiquent même que certaines personnes qui reçoivent des médicaments anti-inflammatoires pour différentes conditions médicales ont moins de chance de développer la maladie d’Alzheimer.

Cette nouvelle revue systématique du groupe Cochrane sur la démence et l’amélioration cognitive revise l’efficacité et les effets secondaires de l’aspirine, les anti-inflammatoires stéroïdiens et non stéroïdiens (NSAIDs) pour le traitement de la maladie d’Alzheimer en comparaison à un placebo.

14 essais contrôlés et randomisés ont satisfait les critères d’inclusion pour cette revue. 

Ils ont regroupé les essais en 4 catégories :

  • Aspirine (3 interventions)
  • Stéroides (une intervention)
  • NSAIDs (6 interventions)
  • inhibiteurs sélectifs de la cyclo-oxygénase (COX)-2 (5 interventions)

Aucune amélioration au niveau du déclin cognitif n’a été notée pour toute la médication ci-haut mentionnée.

De plus, au niveau des effets secondaires les patients ayant reçu de l’aspirine ont connu plus de saignements alors que les patients qui ont reçu des stéroïdes ont souffert davantage d’hyperglycémie, de résultats de laboratoire anormaux et d’oedème au visage.

Les patients qui ont reçus des NSAIDs ont souffert de nausée, de vomissement, d’un taux de créatinine élevé de même ainsi que d’hypertension.

Une tendance vers un taux de mortalité plus élevé a été observé chez les patients traités avec les NSAIDs lorsque comparé au placebo et de manière plus marquée pour les patients ayant reçu des inhibiteurs COX-2.

Suite à ces résultats, les auteurs ne recommandent pas la médication de type anti-inflammatoire pour le traitement de la maladie d’Alzheimer surtout en regard des nombreux effets secondaires signifiés ci-haut.  [Trad. libre:jb]  [Source: Mental Elf]

[Article no.  61 – disponible via le Centre d’apprentissage, uniquement pour les employés du CSSSSL]

Cet article, publié dans Alzheimer, Personnes âgées, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s