Le silence comme forme d’engagement et d’échange

Les vertus des silences dans la relation de soins / Roland Narfin. — La revue de l’infirmière, janvier 2012 (177):49-50.

En psychothérapie tout comme dans une relation soignant/soigné le silence a sa place comme moyen de communication.   Comment l’utiliser pour  pour qu’il devienne un espace accueillant, un moyen de communication qui permettra  au patient de cheminer.

[Article no.  47 – disponible via le Centre d’apprentissage, uniquement pour les employés du CSSSSL]

Cet article a été publié dans Psychothérapie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s