Le modèle Planetree et la déficience intellectuelle

Une conférence à eu lieu le 10 août 2011 sur le modèle Planetree et la déficience intellectuelle, présentation faite par :  Phillip Wilner, MD, New York-Presbyterian Hospital, Pete Carlson, Aurora Health Care et Michael O’Neill, VA Medical Center, Albany, N.Y.

 Voici quelques points intéressants :

 L’implication et la compréhension d’un patient dans le processus d’acceptation et d’éducation face à la maladie ont un impact majeur sur sa capacité de réhabilitation. En déficience intellectuelle, la donne est similaire. Des techniques ont été mises en place au New York-Presbyterian Hospital, à l’Aurora Health Care ainsi qu’au VA Medical center afin d’améliorer la qualité des traitements reçus.

 Pete Carlson, Aurora Health Care :

 Le centre a mis en place une nouvelle technique de consultation pour les corps médicaux qui consiste à établir le plan d’action pour un patient en équipe avec tous les membres concernés. Cela permet de créer à la fois une cohésion au sein du personnel et une cohérence dans les interventions. De plus, un sondage est mené auprès des patients pour tester cette nouvelle matrice. Jusqu’à ici, celle-ci a démontré que les corps médicaux perdaient moins de temps dans la recherche d’informations et que les patients se sentaient davantage outillés et concernés par rapport à leurs traitements ce qui améliore la relation qu’ils entretiennent avec leur maladie.

 Afin d’améliorer la qualité de vie des patients au centre, les photographes du National Geographic ont vendu, à l’établissement, certaines de leurs photos à bas prix. Cela a permis de faire des agrandissements pour embellir les salles communes et les chambres des patients. Ces derniers peuvent donc choisir quelles photos ils désirent suspendre au mur durant leur séjour.

 De plus, une école alternative est aménagée pour les élèves de 3, 4 et 5es années présentant des problèmes comportementaux ou mentaux. L’enseignement qu’ils y reçoivent est individuel et vise l’apprentissage au travers des talents de ces élèves.

 Phillip Wilner, MD, New York-Presbyterian Hospital :

 Dans cet établissement, quelques mesures spéciales ont été mises en place.

  •  Une salle à manger où les patients peuvent recevoir leurs convives
  •  Un système de thérapies par la musique et/ou par l’art
  •  Une réhabilitation en centre équestre pour les personnes vivant des chocs post-traumatiques. (Il s’agit d’une thérapie se faisant en groupe de 6 à 9 personnes. Ces derniers partent durant 6 semaines sur une ferme équestre où ils prennent soin d’un cheval. Cela leur permet d’établir, par osmose, une relation de confiance avec un être vivant ce qui diminue les effets du choc post-traumatique.)
  •  Des groupes de soutien familiaux, des thérapies individuelles, en groupes ou en famille, des thérapies à domicile, un centre d’appel, etc. (Cela permet à un patient de se réhabilité dans sa vie quotidienne)

 Quant à l’implantation du modèle planetree dans cet hôpital, elle se fait par petits changements continus dans les différentes sections. Avec les patients, la différence se ressent surtout au niveau de l’individualisation des soins reçus.

 Michael O’Neill, VA Medical Center, Albany, N.Y. :

 Deux comportements sont à prohiber lors du traitement de patients en déficience intellectuelle : le jugement et la croyance en l’incapacité du patient à comprendre sa maladie.  Au contraire, il faut toucher le patient pour qu’il se sente en confiance et l’impliquer dans son traitement. De plus, il faut lui montrer ses avancements afin de le motiver à continuer dans la bonne voie. Les thérapies calmantes comme le yoga et la thérapie par la musique permettent de réduire à long terme la médication des patients.

 De plus, il ne faut pas oublier l’importance des familles dans le processus d’adaptation face à une maladie. Celles-ci ont besoin d’une éducation face cette dernière. Il est indispensable de mettre à leur disposition des outils éducatifs efficaces afin qu’ils comprennent les enjeux et les limitations qu’engendre la déficience intellectuelle. Par exemple, une aide à domicile lors d’un retour à la vie quotidienne permet de mettre en confiance à la fois la famille et le patient.

Pour plus d’informations sur le Réseau Planetree Québec :  http://www.reseauplanetree.org/index.php?tZ=1316547644

 

Pour consulter le document du Picker Institute qui fait la promotion du programme Planetree :  http://www.planetree.org/Patient-Centered%20Care%20Improvement%20Guide%2010.10.08.pdf

Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s